Inscription à la newsletter

Connexion

Partager sur :
Vue 68 fois
17 novembre 2020

Medaviz, une réussite au secours contre le Covid.. Stéphanie Hervier, SG 2004

 

En juin 2017 Stéphanie nous parlait de son projet dans la revue Servir.

Elle est ensuite venue témoigner devant les Bjiens en février 2018

Bravo pour ce parcours !.

 

Et si la Guyane servait d’exemple pour le futur "service d'accès aux soins"?

Durant la première vague, la région d’outre-mer a déployé en quinze jours une solution pour désengorger les hôpitaux et le 15, en s’appuyant sur les outils numériques Medaviz et VéyéMoSanté. Un avant-goût du fameux "service d’accès aux soins" (SAS) promis par Emmanuel Macron à par

tir de janvier 2021 ?

Hôpital Andrée Rosemon de Cayenne
 
 

Visite du Premier ministre Jean Castex, du ministre de la Santé Olivier Véran et du ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu à Cayenne, en juillet 2020. 

AFP

En Guyane désormais, l’efficacité de l'organisation des soins à la scandinave, on connaît. La région d’outre-mer -qui vient par ailleurs ce lundi de déclencher le "plan blanc" au service de néonatologie du centre hospitalier de Saint-Laurent du Maroni en raison d'une forte affluence à la maternité (voir encadré)- a dû réorganiser totalement son système de santé au printemps dernier, lors de la première vague de Covid-19. Et elle l’a fait en moins de quinze jours. "Mi-mars, l’ARS Guyane a constaté une saturation des appels au 15 et les urgences hospitalières craignaient d’être débordées par l’affluence de malades", raconte Ronald Olivier, directeur du groupement de coopération sanitaire Guyane Système d’information de Santé (GCS GUYASIS), une structure qui travaille en partenariat avec l’ARS pour développer la e-santé en Guyane. "On nous a demandé de développer un outil permettant d’éviter que les patients ne se rendent aux urgences pour des pathologies pouvant être traitées ailleurs." Il a fallu aller vite. "La Guyane avait deux à trois semaines de retard par rapport à la métropole sur l’évolution de l’épidémie et a voulu anticiper une éventuelle saturation des hôpitaux", raconte Stéphanie Hervier, cofondatrice et directrice générale de la plateforme de télémédecine Medaviz qui a été choisie pour organiser cette continuité des soins.

extrait du magazine Challenges

 

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

2 rue de l'Ecole des Postes 01 30 84 46 10 webmaster@bginette.org